Gaz à effet de serre. Un an de CO2 sur la planète : regardez la vidéo de la Nasa.

FORETS. Le dioxyde de carbone est à la fois invisible et inodore. Cela rend cette menace quotidienne - rappelons que l’augmentation de sa concentration dans l’atmosphère depuis le début de l’ère industrielle est la principale cause du changement climatique - très facile à oublier.

La belle vidéo publiée le 17 novembre par la Nasa nous sert de poétique rappel. On y voit les émissions de CO2 dans le monde au fil de l’année 2006 et sa diffusion dans l’atmosphère : les volutes bleues correspondent à une concentration faible (375 ppm), celles en jaune (382 ppm), rouge (385ppm) et rouge foncé (395 ppm), à des concentrations plus élevées.

On peut en retenir plusieurs informations, d’habitude si difficiles à illustrer :

Les plus grands émetteurs de CO2 sont...

On voit d’abord clairement que l’hémisphère Nord émet beaucoup plus de CO2que le Sud. Et que les Etats-Unis, l’Europe et la Chine sont les plus grands émetteurs de la planète.

LES ÉMISSIONS DE CO2 EN AMÉRIQUE DU NORD

On est là au cœur de l’un des principaux blocages à la signature d’un accord mondial sur le climat. Le monde entier doit s’engager pour empêcher le chaos climatique alors que certains pays dits « peu avancés » n’émettent que très peu de CO2. Pour eux, signer un accord contraignant semble injuste puisqu’ils n’ont que peu contribué à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. L’éventuel futur accord mondial sur le climat devra comprendre des mesures compensatoires et des aides au financement des politiques d’adaptation au changement climatique.

Mais la question de la responsabilité des pays face au changement climatique est plus complexe que ce que laisse penser cette vidéo. En effet, si la Chineest devenue le premier émetteur de CO2 au monde, elle émet depuis beaucoup moins longtemps que nombre de pays européens ou que les Etats-Unis.

La carte de la responsabilité climatique est finalement très fluctuante, selon que l’on s’intéresse aux pays qui émettent aujourd’hui le plus de CO2, à ceux qui en ont le plus émis depuis le début de l’ère industrielle, à ceux dont l’économie est la plus intensive en carbone ou encore à ceux qui ont le moins réduit leurs émissions depuis 1990.

Le rôle crucial des forêts

Entre mai et novembre, les volutes rouges et jaunes se font plus rares dans l’hémisphère Nord jusqu’à quasiment disparaître. Cette période correspond à l’été dans les pays du Nord, au moment où les plantes et les arbres captent le CO2 pour leur photosynthèse. Une fois l’hiver venu, les volutes reviennent. Ce phénomène, nous apprend Le Soir, est également visible dans les courbes annuelles en dents de scie de Keeling. Un moyen de rappeler l’importance du rôle de « puits de carbone » des forêts. Rôle menacé par la déforestation.



 

Fin juillet, la concentration de CO2 dans l’athmosphère est faible (Capture d’écran/Nasa)



 

Fin décembre, la concentration de CO2 dans l’athmosphère est forte (Capture d’écran/Nasa)